Tumu par le groupe Nonosina

Nonosina plonge dans nos racines avec « Tumu ».

Nonosina nous fait l’amitié de venir régulièrement en Polynésie présenter ses créations, son cheminement, son interprétation fraîche et dynamique du ‘ori Tahiti. Ce sont plus d’une centaine de danseurs qui viennent cette année, menés par Tiana Liufau, pour nous présenter leur nouveau spectacle : « Tumu ».

GALERIE PHOTO du spectacle Tumu ici

Nonosina, « l’oiseau blanc » voyage de la Californie au Japon.

La troupe Nonosina a été créée en 1965 en Californie par l’arrière-grandmère du chef de groupe actuel, Estella Reid. Portée par son amour pour la danse polynésienne, elle s’installe en Californie et fait du groupe de danse une
entreprise familiale.

Sa plus jeune fille Riki perpétue son enseignement tout en s’orientant résolument vers les danses polynésiennes. Le groupe participe à de nombreuses compétitions et se fait rapidement un nom. C’est ensuite le fils aîné de Riki, Mevina, qui prend sa suite à la tête de l’école en 1998. La même année, Mevina vient pour quelques semaines en
vacances et se passionne pour la danse. Il reste aussi longtemps que son visa le lui permet, participe au Heiva et gagne avec O Tahiti E la récompense suprême, avec le spectacle Tapa’o.

Durant plus de 15 ans, il mène le groupe dans de nombreux concours comme le Heiva i Honolulu dans les catégories amateur et professionnel, ou encore le San José Tahiti Fete, dans laquelle Nonosina est resté invaincu de 1996 à 2002. La renommée du groupe s’accroit avec les années et l’école attire des centaines de danseurs aux origines variées. Venus des Samoa, de Fidji, des Tonga, de Hawaii, des Philippines, tous partagent ce même amour pour le Ori Tahiti. Le succès de cette formation a d’ailleurs fait des émules, ce qui atteste de sa qualité et deux écoles sont nées à Hawaii : une à Oahu et l’autre à Kona.

L’école est gérée depuis peu par Tiana Liufau, soeur de Mevina et longtemps chef d’orchestre du groupe. Elle ramène aujourd’hui son groupe à ses origines artistiques avec cette création intitulée Tumu.

L’école Nonosina existe aujourd’hui au Japon également, où Mevina enseigne l’art de la danse polynésienne. L’école rayonne, tout comme le ‘ori Tahiti, à l’image de nos ancêtres navigateurs. Nonosina, « l’oiseau blanc », vole sans cesse vers de nouveaux horizons, porté par sa passion.

« Tumu », retour aux sources.

L’arbre qui danse dans la brise, que l’homme imite dans ses ondulations.
Source de vie, il nous protège, nous nourrit et nous survit.
Gardien des légendes, garant des identités, à ses pieds nous enterrons le placenta du nouveau né. De même, Estella a planté la graine de Nonosina, à la force de son tronc, de ses racines, l’école a grandi et évolué et étend aujourd’hui ses branches pour donner les fruits que nous connaissons. Notre famille est comme un arbre nous dit Tiana, et chaque partie est cruciale dans notre façon de vivre et de danser.

Le groupe voyage ainsi sans jamais s’éloigner de ses origines, de ses racines qui ne cessent de croître. Mais depuis la Californie, Hawaii et le Japon, c’est avec humilité que Nonosina revient à la source avec toute son affection
pour Tahiti et sa culture.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *