Hura Tapairu 2019 Photos, Thèmes, Palmarès

Cette 15ème édition du Hura Tapairu rassemblera 38 groupes de danse au Grand Théâtre de Te Fare Tauhiti Nui, du 27 novembre au 6 décembre. Ce sont pas moins de 9 soirées de spectacles qui s’offrent au public. Il y aura 13 formations qui participeront à la catégorie Tapairu. Cette année, 2 groupes étrangers s’affronteront dans la catégorie « mehura manihini tapairu » et 4 groupes dans la catégorie « mehura manihini ». La catégorie « pahu nui » consacrée aux orchestres se renouvelle pour la 4ème fois, suivi par des catégories « ‘aparima ‘äpipiti » et « ‘öte’a ‘äpipiti » pour la 3ème année consécutive.

GALERIE PHOTO du Hura Tapairu 2019

 

Le jury de cette édition 2019 est composé de :

Matani Kainuku (Président du Jury)
Fabien Dinard
Vanina Ehu
Teraurii Piritua
Turia Temorere

Les formations de la catégorie Tapairu et leur thème
Les formations de la catégorie Mehura Manihini et leur thème
Les formations de la catégorie Mehura et leur thème

PRIX TAPAIRU :

1er prix :
2ème prix : 
3ème prix :

PRIX MEHURA :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :
4ème prix : 

Finalistes :

PAHU NUI :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :

‘APARIMA ‘ÄPIPITI :

 

‘ÖTE’A ‘ÄPIPITI :

 

PRIX SPÉCIAUX :

Prix spécial :
Prix spécial :
Prix spécial :

CATÉGORIE ‘APARIMA :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :

CATÉGORIE ‘OTE’A :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :

Hura Tapairu 2018 – Manohiva – avec Poerava TAEA

Rencontre avec Poerava TAEA leader du groupe Manohiva au concours du Hura Tapairu 2018

L’association Manohiva a pour projet de participer au Hura tous les 2 ans. Nous essayons de tenir cet engagement auprès de nos danseurs.
La configuration du Hura Tapairu nous plait bien avec une petite formation de 30 personnes à FAIRE évoluer sur un thème et tout cela en l’espace de 30 minutes. C’est un bon exercice à une préparation future pour le Heiva.

La troupe est composée essentiellement d’amis. Nous ne sommes pas actifs tout le temps donc les éléments s’engagent souvent avec d’autres groupes dans des manifestations culturelles.

Les journées ne sont pas assez longues (????)!
Donner le temps à la troupe de s’organiser en fonction de leurs engagements familiaux, professionnels, artistiques et autres.
Prendre le temps pour mémoriser, avoir la maîtrise technique et s’imprégner du thème et du spectacle. S’adapter au temps et à la météo. Finir son programme dans les temps ainsi que les costumes.
Voilà mon plus grand challenge.

Je serai toujours reconnaissante de voir à quel point nous sommes entourés de belles personnes et surtout de passionnées. Je retire beaucoup d’enseignements de ce Hura, comme à chaque fois.
L’anecdote que je retiens est qu’au final au sein du bureau de l’association, nous nous sommes mis à la couture et la confection de costumes. Ce qui n’était pas dans nos tâches, ni nos points forts. Ce fut une belle expérience à reconduire.

LEVES TES YEUX VERS TA MONTAGNE

Le thème porté par la troupe de Manohiva pour le Hura tapairu 2018, en catégorie « Tapairu », est une illustration de la vallée de Nahoata, sise dans la Commune de Pira’e.

Un thème « abstrait », sans début et sans fin, mais qui vient valoriser le « vivre ensemble » de nos ancêtres et les richesses de la vallée de Nahoata, au travers des différents tableaux qui seront présentés lors du passage de la troupe de Manohiva, à savoir :

  • L’étymologie de « Nohoata », aujourd’hui connue sous le nom de « Nahoata »
  • Les anguilles de la vallée, leurs importances dans le flux de l’eau et ressources de la vallée
  • La chasse aux cochons sauvages, une ancienne pratique exécutée par les hommes de la vallée
  • Les pierres « sacrées » (‘ofa’i tere »), empreinte légendaire propre à la vallée de Nahoata.
  • Les festivités de la vallée. A l’époque, les habitants se réunissaient au cœur de la vallée pour célébrer la saison du « Matari’i i ni’a ». Hormis la récolte, plusieurs activités « Heiva » étaient organisées sur plusieurs jours dont la plus connue était la course à flanc de coteaux. Les athlètes étaient alors massés quelques jours avant la compétition, afin qu’ils soient fin prêts le jour même.
  • La grotte « Parau » aux nacres irisées. Empreinte légendaire de la vallée, qui tire son origine d’une carange qui se serait mise en travers de la vallée de Papeno’o, et qui aurait frappé une grosse perle, sur son passage, fracassa une roche de Nahoata, avant de se retrouver au large en mille morceaux, créant ainsi les atolls des Tuamotu et ses perles.

La moralité du thème portée dans le tableau final de la troupe, partie Aparima.

A travers ce thème, la troupe de Manohiva est porteur d’un message, celui de sensibiliser le public sur l’importance de la vallée et de son environnement. Elle vient rappeler l’attachement du peuple à sa terre, et l’intérêt qu’il portait alors envers elle. Ce lien qu’affectionnaient nos ancêtres tend à disparaître de nos jours, en raison de l’évolution et des nouvelles habitudes adoptées dans notre quotidien. Nous avons tendance à regarder devant (vers le littoral), alors qu’il est important de tourner les yeux vers l’arrière (vers la montagne), pour nous rappeler qui nous sommes et d’où nous venons.

La vallée, telle une petite maison à l’intérieur des terres, regorge de ressources et de richesses culturelles. A travers ce thème, elle appelle à retourner vers elle, à tourner les yeux vers la montagne, et à reprendre le chemin qui nous mène vers l’intérieur des terres, vers cette maison, pour nous approprier de notre identité culturelle, qui fait défaut actuellement.

« Lèves tes yeux vers ta montagne », est un appel à l’appropriation de notre identité culturelle et à la préservation de notre patrimoine et de notre environnement.

« N’oublies pas qui tu es et d’où tu viens ».

Hura Tapairu 2018 – Hitireva – avec Kehaulani CHANQUY

Rencontre avec Kehaulani CHANQUY leader du groupe Hitireva au concours du Hura Tapairu 2018

Plusieurs éléments du groupe de Hitireva ont motivé la présentation de 3 formations au Hura Tapairu.
Hitireva dispose d’une base d’artistes nombreux,l’expérimentation d’une formation entièrement masculine. Un travail de formation Et une dernière pour se mettre en condition pour le Heiva.
C’est un travail de fou de mener ces formations sur scène !!! mais je dispose d’une équipe de choc. Les répétitions terminent très tard (une petite nouveauté!) et sont fructueuses à chaque fois !! Les artistes de cette aventure sont avant tout nos plus fidèles mais la porte s’ouvre aux nouveaux adeptes. Je suis impressionné par l’investissement de ces artistes !

Personnellement, je n’arrête pas les découvertes dans notre patrimoine culturel à chaque nouveau spectacle. Pour ce Hura Tapairu, Hitireva propose 3 thèmes que j’ai choisi et écrits par la main de personnes très cultivées : Tuarii Tracqui et Taoahere Maono. J’ai appris beaucoup au travers de ces 3 thèmes !! Chaque formation porte mon sentiment et ma quête : une préparation destinée à nos propre artistes et qui les partageront avec fierté sur scène.

Mon analyse finale est rigolote: chacune des 3 formations porte le nom du groupe mais reste des concurrents. Ils répètent ensemble et voient l’évolution des autres formations et cela les pousse à être les meilleurs, ce qui facilite mon travail

Hura Tapairu 2018 et son mehura manihini international ! Photos, Thèmes, Palmarès

Cette 14ème édition du Hura Tapairu rassemblera 37 groupes de danse au Grand Théâtre de Te Fare Tauhiti Nui, du 22 novembre au 1 décembre. Il y aura 7 formations qui participeront à la catégorie Tapairu. Cette année, la nouveauté c’est l’apparition de la catégorie « mehura manihini » réservée aux groupes étrangers. La catégorie « pahu nui » consacrée aux orchestres se renouvelle pour la 3ème fois, suivi par l’apparition  des catégories « ‘aparima ‘äpipiti » et « ‘öte’a ‘äpipiti », concours en duo qui ont remplacé les concours en solo de « ori tahito vahine » et « ori tahito tane » pour la 2ème année consécutive.

GALERIE PHOTO du Hura Tapairu 2018

Interview Jean-Marie BIRET du groupe Manahau
Interview Kehaulani CHANQUY du groupe Hitireva
Interview Reiarii ROCHETTE du groupe Ia ora te hura
Interview Poerava TAEA du groupe Manohiva

Le jury de cette édition 2018 est composé de :

Vanina Ehu (Présidente du Jury)
Fabien Dinard
Matani Kainuku
Teraurii Piritua
Moana’ura Tehei’ura
Poemoana Teriinohorai

Les formations de la catégorie Tapairu et leur thème
  • Hinearii no Moorea : La grotte et la source d’eau de piha’ eina – Te ana e te puna vai i piha’ eina, dirigé par Rehiarii Pangier
  • Hitireva Tapairu : Te Vivo, dirigé par Kehaulani Chanquy
  • Hitireva : E ta’o ora, dirigé par Kehaulani Chanquy
  • Hitireva Aito : ‘Aito dirigé par Kehaulani Chanquy
  • Ia ora te hura : Tetuahutia la femme arioi exclue – Tetuahutia te vahine arioi-fanaunau, dirigé par Reiarii Rochette et Poerani Germain
  • Manahau : Vigilance et bienveillance – Te paitora’a e te au-mata’i-ra’a, dirigé par Jean-Marie Biret
  • Manohiva : Lève les yeux vers ta montagne – ‘a hi’o i to mou’a, dirigé par Poerava Taea
Les formations de la catégorie Mehura Manihini et leur thème
  • Manuia : A ori A Himene, dirigé par Tommy Tualaulelei
  • Te rahiti nui : To’a Marama, dirigé par Janice Minabe et Michelle Limon
  • Te pura o te rahura’a : Te Reo, dirigé par Marilou et Randy Lafon
Les formations de la catégorie Mehura et leur thème
  • Ahura’i : Légende de Mamanu, dirigé par Maurea Le Caill-Maamaatuaiahutapu (Enseignants et élèves de Fa’a’a)
  • Ahutoru nui : Ma terre, ma source de vie –  To’u fenua, to’u pu ora, dirigé par Anthony Tirao
  • Anapa uira : L’électricité – Te uira, dirigé par Christian Teinauri (EDT)
  • Heihere : Meherio, dirigé par Herenui et Heifara PAPU
  • Hia’ai : Regarde la puissance de la vie – A hi’o na te puai o te ora, dirigé par Turia Temorere
  • Hura tini : Eimeho et le temps – Eimeho nui e te tau, dirigé par Maui Temauri et Vaitemata Chavez
  • Hura-atea : Faîtes résonner les pahu à la gloire de Ra’iatea – A rutu te mau pahu no ‘oe e Ra’iatea, dirigé par Christian Raapoto
  • Manohiva mehura : Tia’itau, dirigé par Poerava Taea
  • Manureva nui : Les valeurs qu’incarnent AIR TAHITI NUI – O Tahiti Nui, ta matou mau faufaa, dirigé par Taua Tuarau et Vaea Lentchitzky (Air Tahiti Nui)
  • Natihei : Ruahine / E Hina, dirigé par Charlène VONGHES (CPS)
  • O meha’i nui : Le bourgeon du pardon – Te umoa o te tatarahapa, dirigé par Honoura Pani
  • Ori here : Qui es-tu ? – O vai ho’i oe ?, dirigé par Heirani Estall
  • Ori marara : Hunaea mon paradis – Hunaea to’u parataito, dirigé par Mareva Heyman (OPT)
  • Piihau : Le feu de la paix – Te ahi o te hau, dirigé par Tamahere Tetiarahi, dirigé par Tamahere Tetiarahi (Lycée Samuel Raapoto)
  • Potii ori no Moorea : Danse ta culture – A hura to hiro’a, dirigé par Léticia Sclabas
  • Ravatea: Lumière d’espoir, mon guide éternel – A’u mori ‘ura, ‘ei arata’i, dirigé par Astrid Bernard
  • Tahiti ia ruru-tu noa vahine : Le lien sacré, dirigé par Olivier Lenoir
  • Tahiti ia ruru-tu noa mehura : Elvis Presley, dirigé par Olivier Lenoir
  • Tamarii na ta’a motu e pae : Hommage à nos chers défunts – Ua reva to’u hoa, dirigé par Gerry Picard (Lycée Polyvalent Taravao)
  • Tapairu no Fakarava, dirigé par Diana Teanuanua
  • Te honora’a : En ce temps là – I tera ra tau, dirigé par Titaina Tuira
  • Te natira’a : Continuons à relier nos îles ensemble – Nanati ana’e a to tatou mau motu, dirigé par Reiana Layton (Air Tahiti)
  • Te re-nui-here : Tai’nui, dirigé par Rarahu Temarii
  • Tematahira : Mes souvenirs passés – A’u mehara no muta’a ra, dirigé par Jane Maopi
  • Toa mataroa : L’amour qui couver l’immensité du ciel – Te here tamaru tauira’i, dirigé par Toanui Mahinui
  • Vaheana : Amour – Here, dirigé par Vaheana Le Bihan
  • Varua nui : Le lien – Te natira’a, dirigé par Maruavai Marama

 

PRIX TAPAIRU :

1er prix : Manohiva
2ème prix : Hitireva aito 
3ème prix : Hitireva tapairu

PRIX MEHURA :

1er prix : MVaheana
2ème prix : Manohiva mehura
3ème prix : Mia’ai
4ème prix : Toa mataroa

Finalistes :

Hia’ai
Manohiva mehura
Tematahira
Vaheana
Toa mataroa
Tahiti ia rurutu noa mehura

PAHU NUI :

1er prix : Toa mataroa
2ème prix : Manohiva
3ème prix : Ia ora te hura

‘APARIMA ‘ÄPIPITI :

Non décerné décision du jury

‘ÖTE’A ‘ÄPIPITI :

Non décerné faute de participants minimum (3)

PRIX SPÉCIAUX :

Prix spécial : Manahau, meilleur auteur Vaihere CADOUSTEAU-POHUE
Prix spécial : Hura Tini, prestance et élégance lors du Mehura
Prix spécial : Ia ora te hura, meilleur composition musicale

CATÉGORIE ‘APARIMA :

1er prix : Manohiva
2ème prix : Ia ora te hura
3ème prix : Hitireva aito

CATÉGORIE ‘OTE’A :

1er prix : Hitireva aito
2ème prix : Manohiva
3ème prix : Hitireva tapairu

Huratapairu2018- Rencontre avec Manahau

Interview de Jean-Marie BIRET leader du groupe Manahau au concours du Hura Tapairu 2018

La préparation au Hura Tapairu demande moins de budget et de temps. L’effectif attendu pour ce concours est très abordable. cette organisation nous pousse vers plus de modernité et nous motive aussi. Les éléments qui composent la troupe Manahau sont comme depuis toujours invités au travers des réseaux sociaux à nous rejoindre. L’orchestre est arrivé la semaine dernière puisque nous avons fini par comprendre que la formation avec laquelle nous avions commencé le projet n’était plus des nôtres. J’ai finalement pu trouver des musiciens qui ont bien voulu relever le défi.

Il s’agit d’un conte, une histoire qui se déroule du côté de la côte des Teva. Des Vao, des HIVA, et deux Rois, frères de sang. L’un voulant dérober le pouvoir et le prestige à l’autre.

Mes créations sont souvent le produit de mes réflexions d’après des événements que j’ai pu vivre dans ma vie personnelle ou professionnelle… dans la vie. Nous ne sommes pas dans le monde des bisounours. Notre propre frère, notre meilleur collègue de travail, finit un jour par nous tromper. Trahison insupportable car elle vient des êtres aimés.

C’est un encouragement à la vigilance, et à la bienveillance, devant ces faits qui nous touchent les uns et les autres tous les jours. Nous sommes responsables de ces égarements, nous n’avons pas su voir et empêcher ces choses là. Nous ne sous sommes pas toujours autorisés à dire NON. Il faut avoir confiance en soi, croire en notre intelligence. Certains abusent de leur soit disant pouvoir intellectuel ou institutionnel, ou encore affectif et familial. Nous devons pouvoir les remettre en question et ne pas les laisser abuser de nous et de notre respect, ne pas piétiner notre bienveillance. J’ai fini par penser dans ma vie que la bienveillance est un des plus clairs rayonnements de nos intelligences. Les couards et les manipulateurs sont malins, mais peu intelligents même s‘ils pensent le contraire. Ce sont des faibles. J’aime une phrase que l’on m’ appris dans mon milieu professionnel… E mahana to te uri… Je crois qu’il y a une justice dans la vie. Il faut la nourrir, la solliciter.

Le métier de chef de groupe n’est pas de tout repos. En interne, il gère les moyens humains et matériels. C’est passionnant de construire ensemble : le chef porte sa troupe sur son cœur et au bout de ses bras. Il faut faire coïncider les bonnes énergies. Il cherche en permanence l’éléments qui va compléter le potentiel de la troupe. Nous avons nos limites, et le rôle du chef est d’amener sa troupe à les dépasser. On peut y perdre un peu de souffle, mais on en sort toujours grandi. Le chef est un guerrier, un chef de guerre.

Il a fallu palier à ce souci d’orchestre. Vous pourrez les applaudir, ils n’ont eu qu’une semaine pour se mettre à jour. NOUS TOUS n’avons eu que cette semaine pour harmoniser nos travaux, notre foi en nous mêmes et en notre pays, notre art. Même souci sur le plan des costumes… Même si j’ai dû dépenser une méga énergie pour reconstruire ce qui semblait solide mais finalement du vent, il n’est pas pensable de baisser les bras, quand on sait le travail mené en amont par la maison de la culture, les collègues artistes, le noyau même de la troupe. Même pas mal !

Ce que j’ai à dire sur scène est très important. Je me battrai pour que ce soit entendu !
Je rencontre des personnes merveilleuses, je vis avec une troupe merveilleuse et courageuse. Si avec d’autres personnes ça a été difficile, autant penser que nos chemins ne devaient pas se confondre. Sans rancune ! Chacun sa route, chacun son sac. Chacun de nous doit pouvoir trouver un espace qui lui permettra de s’épanouir. Nous sommes dans un très beau pays, avec des artistes merveilleusement ouverts et créatifs. Heureux de leur art. Il y a de la place pour tout le monde. Utilisons notre souffle pour faire avancer les belles pirogues. Depuis Tetuna’e, ce mouvement à commencé : la recherche de l’excellence pour nous tous au travers des HIVA. Une orientation vers le BON, le BEAU a été initiée pour notre culture. Nous sommes les héritiers de ce beau projet.

Je veux dire merci à tous les artistes que j’ai pu rencontrer sur la scène de MANAHAU, TOUS. Grâce à eux, j’ai pu poser des mots sur des musiques, j’ai pu m’exprimer, avec nos tambours, nos chants et nos danses. Je veux leur dire ma reconnaissance.
Tera mai to aro oha.

Huratapairu2018- Rencontre avec Ia ora te hura

Rencontre avec Reiarii ROCHETTE une des deux leaders qui mène la troupe de Ia Ora Te Hura au concours du Hura Tapairu 2018

Je partage ce projet avec ma cousine, Poerani GERMAIN. Ia Ora te Hura est notre troupe. On a fait l’expérience de responsables de groupe au Hura Tapairu 2017 avec Tamariki Poerani. La logistique, les finances, les chorégraphies, etc. On s’est dit que cette année on pouvait voler de nos propres ailes et c’est ce qu’on fait avec l’aide de nos proches parce qu’au final, ce qui compte, c’est d’être bien entourées. On a hâte de montrer ce qu’on a préparé pendant des semaines. Poe vient d’être maman et elle a su jongler avec succès sa vie de famille, sa vie professionnelle et notre projet. Je crois que je n’aurai jamais voulu être cheffe de troupe si ce n’était pas avec elle.

La formation Hura Tapairu de Ia Ora te Hura 2018 est composée de 19 danseuses, 1 danseur, 6 musiciens et 3 choristes. On a choisi nos danseuses une par une. Pas d’annonces sur les réseaux sociaux, on voulait travailler avec des filles de confiance, des filles que Poe ou moi connaissons et nous ne sommes pas déçues. A noter la présence de Hauhani TAPUTU et de Perle RENVOYE respectivement meilleures danseuses du Heiva 2017 et du Heiva 2018, de Heipua KERVELLA, de Moetia GUINARD, de Pauline SILLINGER … et de très bonnes danseuses avec qui nous avons déjà dansé. Quant aux musiciens, Tamatea, chef d’ochestre de Ori I Tahiti a bien voulu nous suivre dans cette aventure ; Je tiens à préciser qu’il n’est pas évident de trouver des musiciens, encore moins de très bons musiciens. Travailler avec cet orchestre a juste été un plaisir ! Teiva VIARIS (qui a composé tous les aparimas), Taloo ST VAL et Moea LECHAT sont nos choristes cette année et les aparimas sont tout simplement géniaux ! On a fait le choix de travailler avec un ami qui écrit pour la première fois un thème, Yann MAMATUI.

Ia Ora te Hura s’est inspiré du court métrage de Virginie TETOOFA, « E ari’oi vahine » pour ce Hura Tapairu. On raconte l’histoire d’une jeune fille qui est devenue arioi. Elle tombe enceinte et est tourmentée à l’idée de devoir tuer son enfant pour pouvoir rester ari’oi. Elle choisit finalement de garder son enfant en vie et d’être bannie des ari’oi. Il s’agit simplement d’une histoire qui nous plaisait.

On n’a pas voulu se lancer dans quelque chose de très philosophique pour débuter. (rires)

Je crois, encore une fois, qu’heureusement que nous sommes deux à la tête du groupe parce que sinon j’aurai perdu des cheveux (rires). Trouver de l’argent est difficile (parce que oui, on part de rien… Zéro matière première, zéro costume, zéro finance), gérer les états psychologiques de chaque élément quand toi même tu te sens faiblir par la fatigue et les difficultés de la vie est difficile. Le côté artistique c’est que du bonheur ! Et au final, je trouve que l’on s’en sort pas mal. Et je pense que le soir S on aura oublié toutes les difficultés auxquelles il aura fallu faire face.

Oulaaaa… Tout est à retenir. Du choix du nom du groupe à la dernière répétition … Chaque moment est gravé en moi, chaque aparima et otea découvert, chaque chorégraphie créée, chaque réunion tard le soir avec les membres de l’association, chaque message avec nos danseuses, musiciens, choristes… Chaque moment de stress, de rire, … avec Poerani. Je retiens tout.

Merci à Reiarii ROCHETTE qui a bien voulu accorder de son temps pour répondre à l’interview…

Huratapairu2018

Hura Tapairu 2018
A une semaine de ce concours 14ème du nom, tous les artistes sont sur le pied de guerre pour nous fournir un spectacle le plus abouti possible pour séduire le jury et nous. L’auteur se prépare aux interviews pour que le message soit transmis au public. Les musiciens et les choristes corrigent les dernières fausses notes et peaufinent la musique. Les costumières passent leur nuit  à terminer les dernières coutures des costumes conçu sur mesure en amont par une équipe de « designers ». La chorégraphie et les déplacements n’ont plus de secret pour les danseurs. Et au milieu de tout cela, le chef de groupe s’agite dans tous les sens tel un chef d’orchestre avec son baton pour que tout soit parfait. Cette nouvelle édition verra s’affronter à nouveau les groupes dits « amateurs » au côté des groupes dits « professionnels » dans les 2 catégories phrases que sont le Tapairu et le Hura. Plus qu’une passion pour certains, chacun vit cette aventure comme une participation à l’expression et la préservation de notre patrimoine culturel ou encore une scène d’expression. D’un côté il y a le partage de cet amour de la danse, de l’autre, il y a cette envie d’utiliser cette scène pour s’exprimer. Aujourd’hui, je m’interroge. Certes, nous attendons toujours à retrouver ces émotions transmis au travers de ces spectacles mais le rythme effréné imposé par les concours de danses qui se succèdent tout au long de l’année vient tout brouiller. En effet, nous n’avons pas le temps d’apprécier à sa juste valeur le travail titanesque de certains spectacles et on ne nous en laisse pas le temps. Nous avons un devoir de mémoire à faire sans quoi toute cette création partira aux oubliettes. Notre société actuelle nous oblige a des rythmes toujours plus intenses parce qu’il faut produire et avancer. Le live prends certes une place importante dans nos vies. Mais n’oubliez pas, votre cerveau et votre esprit n’est pas une machine, ils ont besoin de repos, sans quoi c’est toute la machine qui tombera en ruine. Prenez le temps.

Retrouvez les photos du Hura Tapairu 2016 ainsi que son palmarès !

Ce Hura Tapairu 2016 n’a pas déchanté avec une participation de plus de 24 groupes de danse dans les 2 catégories du concours : Tapairu et Mehura. On aurait pu s’attendre à un Hura Tapairu terne vu qu’il n’y avait que 4 groupes qui se sont présentés dans la catégorie Tapairu. Cette défaillance des troupes s’explique en grande partie par la participation record de 20 groupes de danse au Heiva I Tahiti 2016, ne laissant ainsi pas aux groupes suffisamment de temps pour se constituer le budget nécessaire. Et pourtant, le niveau des Mehura a rendu ce Hura Tapairu 2016 mémorable. En effet, tant au niveau des robes qui ont été confectionnées que des chorégraphies présentées, cela a été d’un très haut niveau. Cela s’est traduit par la présence de 8 groupes à la finale au lieu de 6.

GALERIE PHOTO du Hura Tapairu 2016 ici.

Au niveau de la catégorie Tapairu, la troupe Manohiva de Poerava TAEA, avec leur prestation bien huilée sur le thème « Te one tere, là où les rêvent s’envolent », qui retrace l’origine du sable blanc de Punaauia, en commettant le moins d’erreur possible et en engrangeant le maximum de points sur tous les critères de notation, remporte le prestigieux trophée pour la 2ème fois. La surprise venait de la troupe de Manahau de Jean-Marie BIRET avec comme thème »Ti’ama ma te ‘ite », qui est venu titiller le soir de la finale Manohiva en haussant leur niveau avec des changements dans leur programme et leur costume. Chaque chorégraphe, chef de groupe a son propre style, sa sensibilité, sa vision du spectacle final. Ainsi, on retrouve sur scène une interprétation, des costumes plus ou moins originaux. On aime, on n’aime pas, l’appréciation dépend de chacun mais on se doit de respecter le travail accompli. C’est aussi ainsi qu’on reste qui on est. Imaginez un instant que tous les spectacles soient identiques, on s’ennuierait bien rapidement.

Au niveau de la catégorie Mehura, (je ne saurai vous décrire mieux que ChickyTahiti les faits marquants des différentes groupes, retrouvez son article sur le Hura Tapairu 2016) c’est la troupe Hia’ai de Turia TEMORERE qui remporte le 1er prix.

La déception que j’ai eu provient des prestations ‘äpipiti qui ne disposent pas à ce jour de grilles de notation. Le prix est décerné à la discrétion du jury. Ne sachant sur quel pied dansé, les groupes ont présenté des duos assez originaux (théâtral avec Hei Tahiti Tane, acrobatique avec Tamarii Papetoai). Mais au final, le jury semble avoir décerner le prix en se basant sur la préservation de la tradition.

Un grand merci à ces acteurs bien souvent absents de la scène que sont les auteurs grâce auxquels une histoire peut nous être conté.

Quant à l’éternel débat de savoir si les groupes professionnels doivent participer ou pas au Hura Tapairu, je vous demande de vous poser la question suivante : comment déterminer si un groupe est professionnel ?  du fait que le groupe est composé uniquement de danseurs professionnels ? dans ce cas là, c’est quoi la définition d’un danseur professionnel ? un danseur qui a eu son diplôme au CAPF ? dans ce cas là très peu de groupes peuvent se vanter d’être professionnels. Tous les groupes qui se présentent au Hura Tapairu disposent en leur sein des danseurs qui ont l’habitude de danser aux concours et des danseurs qui dansent occasionnellement. Le point que je soulignerai c’est que chaque concours a un règlement, des grilles de notation et un jury de telle ou telle sensibilité. C’est donc à chacun de s’y imprégner pour aller chercher le 1er prix. Cela ne change en rien qu’un spectacle reste exceptionnel quelque soit son concepteur et tend à passer un message au public, à nous de le saisir au fil du spectacle.

A titre informatif, suite au nombre d’inscription insuffisant, le heiva international qui aurait du avoir lieu l’année dernière a été reporté à nouveau.

Retrouvez l’ensemble des prix qui ont été décernés :

Prix Tapairu :

1er prix : Manohiva de Poerava TAEA
2ème prix : Manahau de Jean-Marie BIRET
3ème prix : Tahiti Hura de Maheata TEAVAI

Prix Mehura :

1er prix : Hia’ai dirigé par Turia TEMORERE
2ème prix : Manohiva Mehura dirigé par Poerava TAEA
3ème prix : Hei Tahiti Vahine dirigé par Tiare TROMPETTE
4ème prix : Mana Atua dirigé par Rita AHU

Pahu Nui :

1er prix : Tahiti Hura dirigé par Maheata TEAVAI
2ème prix : Ahutuatea dirigé par Tumata VAIRAATOA
3ème prix : Tuiheitemarama dirigé par Merehau BUCHIN

‘aparima ‘äpipiti :

 Heitiare MANATE et Ranitea DELION du groupe Tahiti Hura

‘öte’a ‘äpipiti :

Taiana MAHINUI et nilda TAAVIRI du groupe Hei Tahiti Vahine

Prix Spéciaux :

Prix Spécial : TEHAHE Heimanu (Tuiheitemarama) pour l’ensemble de son oeuvre
Prix Spécial : Piihau pour encourager la jeunesse à s’inscrire dans un parcours culturel

Catégorie ‘Aparima :

1er prix : Manahau dirigé par Jean-Marie BIRET
2ème prix : Manohiva dirigé par Poerava TAEA
3ème prix : Tahiti Hura dirigé par Maheata TEAVAI

Catégorie ‘Ote’a :

1er prix : Manohiva dirigé par Poerava TAEA
2ème prix : Manahau dirigé par Jean-Marie BIRET
3ème prix : Tahiti Hura dirigé par Maheata TEAVAI

Hura Tapairu 2016 et ses nouveautés !

Cette 12ème édition du Hura Tapairu rassemblera 27 groupes de danse au Grand Théâtre de Te Fare Tauhiti Nui, du 24 novembre au 3 décembre. Seules 4 formations participeront à la catégorie Tapairu.  Cela ne semble pas étonnant suite à la participation massive des groupes au Heiva I Tahiti 2016. Néanmoins, des nouveautés ne devraient pas laisser le public de marbre. Ainsi la catégorie « pahu nui » consacrée aux orchestres se renouvelle pour la 2ème fois, suivi par l’apparition  des catégories « ‘aparima ‘äpipiti » et « ‘öte’a ‘äpipiti », concours en duo qui viennent remplacer les concours en solo de « ori tahito vahine » et « ori tahito tane ». Une petite déception du côté du Hura Tapairu Internationale promis qui est aux abonnés absent.

affiche-cf-hura-tapairu-2016

Le jury de cette édition 2016 est composé de :

  • Matani Kainuku
  • Vanina Ehu
  • Moana’ura Tehei’ura (Président du Jury)
  • Fabien Dinard
  • Teraurii Piritua
  • Engalie Tanseau

Les 27 formations qui participent à cette 12ème édition du Hura Tapairu se répartissent comme suit :

Catégorie Hura Tapairu :

  • Tahiti Hura dirigé par Maheata Teavai
  • Manohiva dirigé par Poerava Taea
  • Ahutuatea dirigé par Tumata Vairaaroa
  • Manahau dirigé par Jean-Marie Biret

Catégorie Mehura :

  • Te Purotu Nui no BT dirigé par Danièle Bertho
  • Te Natira’a dirigé par Reiana Layton
  • Mana Atua dirigé par Rita Ahu
  • Kurahei dirigé par Winko Viriamu
  • Papara to’u Fenua dirigé par Béatrice Legayic
  • Hia’ai dirigé par Turia Temorere
  • Tuiheitemarama dirigé par Merehau Buchin
  • Te Re-nui-here dirigé par Rarahu Temarii
  • Piihau dirigé par Anthéa Leclerc
  • Tahiti Mehura dirigé par Maheata Teavai
  • Hei Tahiti Vahine et Hei Tahiti Tāne mā’ohi dirigé par Tiare Trompette
  • Hine dirigé par Poerani Germain
  • Manohiva Mehura dirigé par Poerava Taea
  • Tamarii Vairao dirigé par Jonathan
  • Tamarii na Taa Motu e Pae dirigé par Gerry Picard
  • Ori ragi dirigé par Poerava Yutim
  • Ia ora na Tahiti dirigé par Eva Grouazel
  • Temaeva 1, Temaeva 2 et Temaeva 3 dirigé par Roland Tauaroa
  • Tamarii Papetoai dirigé par Yasmina Taufa
  • Te Hono Hura nui dirigé par Maeva Temarii

Programme

JEUDI 24 NOVEMBRE – 19H00

Tamarii na Taa Motu e Pae / Mehura
Ia ora na Tahiti / Mehura
Temaeva 2 / Mehura – Duo ‘aparima ‘āpipiti
Kurahei / Mehura
Te Hono Hura Nui / Mehura
Hei Tahiti Tane Ma’ohi / Mehura – Duo ‘aparima ‘āpipiti

VENDREDI 25 NOVEMBRE – 19H00

Ori ragi / Mehura
Hia’ai / Mehura
Temaeva 1 / Mehura
Mana Atua / Mehura
Ahutuatea / Tapairu – Pahu Nui – Duo ‘ōte’a ‘āpipiti 

SAMEDI 26 NOVEMBRE 19H00

Tuiheitemarama / Mehura et Pahu Nui
Papara To’u Fenua / Mehura
Piihau / Mehura et Pahu Nui
Te Re-Nui-Here / Mehura
Manahau / Tapairu et Pahu Nui

JEUDI 1ER DÉCEMBRE – 19H00 (SOIRÉE A GUICHET FERMÉ)

Tamarii Vairao / Mehura
Tahiti Mehura / Mehura
Hei Tahiti Vahine / Mehura – Duo ‘ōte’a ‘āpipiti 
Te Purotu nui no BT / Mehura
Te Natira’a / Mehura
Manohiva  / Tapairu – Duo ‘ōte’a ‘āpipiti 

VENDREDI 2 DÉCEMBRE – 19H00

Tamarii Papetoai / Mehura – Duo ‘ōte’a ‘āpipiti
Manohiva Mehura / Mehura – Duo ‘aparima ‘āpipiti
Hine / Mehura
Temaeva 3 / Mehura – Pahu Nui – Duo ‘ōte’a ‘āpipiti
Tahiti Hura  / Tapairu – Duo ‘ōte’a ‘āpipiti – Duo ‘aparima ‘āpipiti – Pahu Nui
Remise des prix et sélection des finalistes

SAMEDI 3 DÉCEMBRE – 16H00

Finales des formations en Mehura et Tapairu

Ouverture de la billetterie le lundi 7 novembre à 8h00 à la caisse de la Maison de la Culture.

Concours du 24 novembre au 3 décembre – 19h00
Tarif unique : 1 500 Fcfp et gratuit pour les -2ans
Finales de Mehura et de Hura Tapairu Samedi 03 décembre– 16h00
Tarif unique : 2 500 Fcfp

Retrouvez les photos du Hura Tapairu 2015 ainsi que son palmarès

Prix Hura Tapairu :

1er prix : Hei Rurutu de Titaina TUNUTU-CONTIOS
2ème prix : Hitireva Tapairu de Kehaulani CHANQUY
3ème prix : Hitireva de Kehaulani CHANQUY

Prix Mehura :

1er prix : Ori Noa de Enda TANSEAU
2ème prix : Temaeva de Coco HOTAHOTA
3ème prix : Tamariki Poerani de Maheata TEAVAI
4ème prix : Matarufau Vahine de Christian VONGHES

Pahu Nui :

1er prix : Te U’i Rohotu Nui de Victor TERIITAHI
2ème prix : Hura Mai Ana Ana de Apetahi DUCHEMIN
3ème prix : Hei Rurutu de Titaina TUNUTU-CONTIOS

Ori Tahito :

Ori Tahito Tane :
Ce prix n’a pas été attribué par le jury.
Ori Tahito Vahine :
Stéphanie CHAPMAN du groupe Hitireva

Prix Spéciaux :

Prix Vini Jeune Espoir : Tamarii Poerava
Le groupe Te Vahine Ori No Matairea remporte un prix spécial pour la fraicheur de ses prestations.
Jimmy LOWING, du groupe Hura Mai Ana Ana remporte un prix spécial pour sa prestation en Pahu Nui.

Catégorie ‘Aparima :

1er prix : Hitireva de Kehaulani CHANQUY
2ème prix : Hei Rurutu de Titaina TUNUTU-CONTIOS
3ème prix : Hitireva Tapairu de Kehaulani CHANQUY

Catégorie ‘Ote’a :

1er prix : Hei Rurutu de Titaina TUNUTU-CONTIOS
2ème prix : Hitireva Tapairu de Kehaulani CHANQUY
3ème prix : Hitireva de Kehaulani CHANQUY

Revivez les soirées de ce Hura Tapairu ici