Hura Tapairu 2019 Photos, Thèmes, Palmarès

Cette 15ème édition du Hura Tapairu rassemblera 38 groupes de danse au Grand Théâtre de Te Fare Tauhiti Nui, du 27 novembre au 6 décembre. Ce sont pas moins de 9 soirées de spectacles qui s’offrent au public. Il y aura 13 formations qui participeront à la catégorie Tapairu. Cette année, 2 groupes étrangers s’affronteront dans la catégorie « mehura manihini tapairu » et 4 groupes dans la catégorie « mehura manihini ». La catégorie « pahu nui » consacrée aux orchestres se renouvelle pour la 4ème fois, suivi par des catégories « ‘aparima ‘äpipiti » et « ‘öte’a ‘äpipiti » pour la 3ème année consécutive.

GALERIE PHOTO du Hura Tapairu 2019

 

Le jury de cette édition 2019 est composé de :

Matani Kainuku (Président du Jury)
Fabien Dinard
Vanina Ehu
Teraurii Piritua
Turia Temorere

Les formations de la catégorie Tapairu et leur thème
Les formations de la catégorie Mehura Manihini et leur thème
Les formations de la catégorie Mehura et leur thème

PRIX TAPAIRU :

1er prix :
2ème prix : 
3ème prix :

PRIX MEHURA :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :
4ème prix : 

Finalistes :

PAHU NUI :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :

‘APARIMA ‘ÄPIPITI :

 

‘ÖTE’A ‘ÄPIPITI :

 

PRIX SPÉCIAUX :

Prix spécial :
Prix spécial :
Prix spécial :

CATÉGORIE ‘APARIMA :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :

CATÉGORIE ‘OTE’A :

1er prix :
2ème prix :
3ème prix :

Hura Tapairu 2018 et son mehura manihini international ! Photos, Thèmes, Palmarès

Cette 14ème édition du Hura Tapairu rassemblera 37 groupes de danse au Grand Théâtre de Te Fare Tauhiti Nui, du 22 novembre au 1 décembre. Il y aura 7 formations qui participeront à la catégorie Tapairu. Cette année, la nouveauté c’est l’apparition de la catégorie « mehura manihini » réservée aux groupes étrangers. La catégorie « pahu nui » consacrée aux orchestres se renouvelle pour la 3ème fois, suivi par l’apparition  des catégories « ‘aparima ‘äpipiti » et « ‘öte’a ‘äpipiti », concours en duo qui ont remplacé les concours en solo de « ori tahito vahine » et « ori tahito tane » pour la 2ème année consécutive.

GALERIE PHOTO du Hura Tapairu 2018

Interview Jean-Marie BIRET du groupe Manahau
Interview Kehaulani CHANQUY du groupe Hitireva
Interview Reiarii ROCHETTE du groupe Ia ora te hura
Interview Poerava TAEA du groupe Manohiva

Le jury de cette édition 2018 est composé de :

Vanina Ehu (Présidente du Jury)
Fabien Dinard
Matani Kainuku
Teraurii Piritua
Moana’ura Tehei’ura
Poemoana Teriinohorai

Les formations de la catégorie Tapairu et leur thème
  • Hinearii no Moorea : La grotte et la source d’eau de piha’ eina – Te ana e te puna vai i piha’ eina, dirigé par Rehiarii Pangier
  • Hitireva Tapairu : Te Vivo, dirigé par Kehaulani Chanquy
  • Hitireva : E ta’o ora, dirigé par Kehaulani Chanquy
  • Hitireva Aito : ‘Aito dirigé par Kehaulani Chanquy
  • Ia ora te hura : Tetuahutia la femme arioi exclue – Tetuahutia te vahine arioi-fanaunau, dirigé par Reiarii Rochette et Poerani Germain
  • Manahau : Vigilance et bienveillance – Te paitora’a e te au-mata’i-ra’a, dirigé par Jean-Marie Biret
  • Manohiva : Lève les yeux vers ta montagne – ‘a hi’o i to mou’a, dirigé par Poerava Taea
Les formations de la catégorie Mehura Manihini et leur thème
  • Manuia : A ori A Himene, dirigé par Tommy Tualaulelei
  • Te rahiti nui : To’a Marama, dirigé par Janice Minabe et Michelle Limon
  • Te pura o te rahura’a : Te Reo, dirigé par Marilou et Randy Lafon
Les formations de la catégorie Mehura et leur thème
  • Ahura’i : Légende de Mamanu, dirigé par Maurea Le Caill-Maamaatuaiahutapu (Enseignants et élèves de Fa’a’a)
  • Ahutoru nui : Ma terre, ma source de vie –  To’u fenua, to’u pu ora, dirigé par Anthony Tirao
  • Anapa uira : L’électricité – Te uira, dirigé par Christian Teinauri (EDT)
  • Heihere : Meherio, dirigé par Herenui et Heifara PAPU
  • Hia’ai : Regarde la puissance de la vie – A hi’o na te puai o te ora, dirigé par Turia Temorere
  • Hura tini : Eimeho et le temps – Eimeho nui e te tau, dirigé par Maui Temauri et Vaitemata Chavez
  • Hura-atea : Faîtes résonner les pahu à la gloire de Ra’iatea – A rutu te mau pahu no ‘oe e Ra’iatea, dirigé par Christian Raapoto
  • Manohiva mehura : Tia’itau, dirigé par Poerava Taea
  • Manureva nui : Les valeurs qu’incarnent AIR TAHITI NUI – O Tahiti Nui, ta matou mau faufaa, dirigé par Taua Tuarau et Vaea Lentchitzky (Air Tahiti Nui)
  • Natihei : Ruahine / E Hina, dirigé par Charlène VONGHES (CPS)
  • O meha’i nui : Le bourgeon du pardon – Te umoa o te tatarahapa, dirigé par Honoura Pani
  • Ori here : Qui es-tu ? – O vai ho’i oe ?, dirigé par Heirani Estall
  • Ori marara : Hunaea mon paradis – Hunaea to’u parataito, dirigé par Mareva Heyman (OPT)
  • Piihau : Le feu de la paix – Te ahi o te hau, dirigé par Tamahere Tetiarahi, dirigé par Tamahere Tetiarahi (Lycée Samuel Raapoto)
  • Potii ori no Moorea : Danse ta culture – A hura to hiro’a, dirigé par Léticia Sclabas
  • Ravatea: Lumière d’espoir, mon guide éternel – A’u mori ‘ura, ‘ei arata’i, dirigé par Astrid Bernard
  • Tahiti ia ruru-tu noa vahine : Le lien sacré, dirigé par Olivier Lenoir
  • Tahiti ia ruru-tu noa mehura : Elvis Presley, dirigé par Olivier Lenoir
  • Tamarii na ta’a motu e pae : Hommage à nos chers défunts – Ua reva to’u hoa, dirigé par Gerry Picard (Lycée Polyvalent Taravao)
  • Tapairu no Fakarava, dirigé par Diana Teanuanua
  • Te honora’a : En ce temps là – I tera ra tau, dirigé par Titaina Tuira
  • Te natira’a : Continuons à relier nos îles ensemble – Nanati ana’e a to tatou mau motu, dirigé par Reiana Layton (Air Tahiti)
  • Te re-nui-here : Tai’nui, dirigé par Rarahu Temarii
  • Tematahira : Mes souvenirs passés – A’u mehara no muta’a ra, dirigé par Jane Maopi
  • Toa mataroa : L’amour qui couver l’immensité du ciel – Te here tamaru tauira’i, dirigé par Toanui Mahinui
  • Vaheana : Amour – Here, dirigé par Vaheana Le Bihan
  • Varua nui : Le lien – Te natira’a, dirigé par Maruavai Marama

 

PRIX TAPAIRU :

1er prix : Manohiva
2ème prix : Hitireva aito 
3ème prix : Hitireva tapairu

PRIX MEHURA :

1er prix : MVaheana
2ème prix : Manohiva mehura
3ème prix : Mia’ai
4ème prix : Toa mataroa

Finalistes :

Hia’ai
Manohiva mehura
Tematahira
Vaheana
Toa mataroa
Tahiti ia rurutu noa mehura

PAHU NUI :

1er prix : Toa mataroa
2ème prix : Manohiva
3ème prix : Ia ora te hura

‘APARIMA ‘ÄPIPITI :

Non décerné décision du jury

‘ÖTE’A ‘ÄPIPITI :

Non décerné faute de participants minimum (3)

PRIX SPÉCIAUX :

Prix spécial : Manahau, meilleur auteur Vaihere CADOUSTEAU-POHUE
Prix spécial : Hura Tini, prestance et élégance lors du Mehura
Prix spécial : Ia ora te hura, meilleur composition musicale

CATÉGORIE ‘APARIMA :

1er prix : Manohiva
2ème prix : Ia ora te hura
3ème prix : Hitireva aito

CATÉGORIE ‘OTE’A :

1er prix : Hitireva aito
2ème prix : Manohiva
3ème prix : Hitireva tapairu

Retrouvez les photos du Heiva I Tahiti 2018 ainsi que son palmarès

Cette édition du Heiva I Tahiti 2018 s’est achevée avec la victoire du groupe Ori I Tahiti en catégorie Hura Tau avec leur thème : le MĀ’OHI, Tout autre. « Le message s’adresse en premier aux artistes, aux maohi qui composent le groupe car ils sont les premiers acteurs concernés par ce thème, ils font partis de ces locuteurs qui parlent peu et comprennent difficilement leur langue et ce sont eux qui vont transmettre le message au public. Je voudrai citer Tane en disant : Maohi ne signifie pas dire « sauvage », « paysan ». Ce n’est pas un mot dégradant. Il faut arrêter d’avoir honte d’être maohi. Se ré-approprier sa langue n’est pas chose facile et ORI I TAHITI ne vient pas donner LA solution. Nous proposons des pistes mais la réelle solution se trouve dans les foyers, dans la famille et dans le « âau » de chacun. C’est un cheminement personnel, une quête individuelle, à chacun d’aller vers cette langue qui n’a jamais cessé d’interpeler la jeunesse pour se réapproprier sa langue. De ne plus avoir honte de dire : « je suis maohi ». »

Quant à la catégorie Hura Ava Tau, c’est le groupe Tahiti Hura qui s’impose en nous contant l’histoire de l’origine de la signification de l’ile de Raiatea. « Le thème que j’ai retenu, s’intitule « O vai ‘oe e Rai’atea ? » – « Que signifies-tu Rai’atea ? ». J’ai choisi ce thème parce qu’étant originaire de l’île de Rai’atea, je veux rendre hommage à mes origines, à mon île et à son histoire. Et à travers son histoire, j’aimerai faire passer un message très important à notre jeunesse et la génération future. Raiatea c’est un symbole ! C’est le symbole de l’amour, le symbole du respect et le symbole de la vie. C’est la preuve d’un amour qui transcende l’espace et le temps ! C’est ainsi que je vois les choses. Le message est le suivant : donner de l’amour et rendre hommage à nos parents et nos aïeux. Nous nous devons de les respecter, de les aimer et de les accompagner tout le long de leur existence. Il ne faut pas oublier que ce sont eux qui nous ont donné la vie. L’amour c’est aussi le respect de soi et le respect d’autrui et c’est valeur essentielle de la vie qui hélas manque cruellement dans notre société actuelle. J’espère sincèrement toucher la sensibilité et le coeur du public avec notre spectacle. Je me sens vraiment honoré et fier de partager ce message. C’est un thème lourd de sens et j’ai vraiment de la chance d’avoir une équipe compétente et unie à mes côtés, je le dis : sans eux, je ne suis rien ! »


Au niveau des tarava, Tamarii Mataiea remporte le 1er prix en Tarava Tahiti tandis que Tamarii Mahina s’impose en Tarava Raromatai et Tamanui Apato’a No Papara s’adjuge le 1er prix en Tarava Tuha’a Pae.

Le Heiva I Tahiti n’est pas simplement un concours où se réunissent les danseurs et les chanteurs de tarava sur le Tahua Toa’ta, mais il permet aussi aux groupes de s’exprimer librement et de transmettre des messages, des histoires et des légendes. Je vous invite à les retrouver au travers de ce  petit guide pour les avertis.

Le jury est composé cette année de 9 personnalités du monde du Ori Tahiti proposées et validées par les groupes de danse et de chant eux-mêmes. Le président du jury Moana’ura Tehei’ura, sera assisté de Makau Foster, Jean-Marie Biret et Vaihere Pohue pour la partie danse. Au niveau du chant, c’est Noéline Tenauri, Jean-Pierre Chung-Sen et Jean-Marc Zinguerlet qui donneront leur analyse. Quant à l’écriture, c’est Steve T. Chailloux qui a la lourde tâche de juger le texte des groupes.  Poehei Temaiana se charge lui d’apprécier le travail des orchestres.

Chaque groupe de chant et de danse fut accueilli lors de la cérémonie d’ouverture orchestrée par Moana’ura Tehei’ura accompagné des proclamations des membres du jury. Cette cérémonie s’est achevée avec le rahiri, instant solennel où les groupes déposent des feuilles de bananiers signifiant leur acceptation des résultats que proclameront le jury à la fin du concours.

J’aurais tant voulu vous parler de chaque spectacle ou des chants qui nous ont été présentés sur le tahua To’ata mais je n’en ferai rien car ce sont des spectacles à vivre en live et sur place avec l’ambiance qui s’en dégage !! C’est à chacun de comprendre et de prendre ce que les groupes nous offrent.

GALERIE PHOTO du Heiva I Tahiti 2018 ici (à venir)

PALMARES Heiva I Tahiti 2018

En chants traditionnels :

Grand prix Re tumu ra’i fenua : Tamarii Mataiea

Tarava Tahiti :

1er prix Moeroa a Moeroa : Tamarii Mataiea
2ème prix : Te pape ora no Papofai
3ème prix : Reo Papara

Tarava Raromatai :

1er prix Paimore Tehuitua : Tamarii Mahina
2ème prix : Natiara
3ème prix : ‘O Faa’a

Tarava Tuha’a Pae :

1er prix : Tamanui Apato’a No Papara
2ème prix : Tamarii Rapa No Tahiti
3ème prix : Hei Rurutu

Himene Ru’au :
1er prix Penina Itae Tetaa – Teikiotio : Natiara
2ème prix : Te pape ora no Papofai
3ème prix : Tamarii Mataiea

Ute Paripari :
1er prix Roland Tautu dit Papa Ra’i : Tamarii Mataiea
2ème prix : Natiara
3ème prix : Tamarii Mahina

Ute Are’are’a :
1er prix : Tamarii Rapa No Tahiti
2ème prix : Tamarii Mataiea
3ème prix : Tamarii Vairao

Prix spéciaux :
Meilleur auteur :  Reo Papara
Meilleur compositeur : Natiara
Meilleur Ra’atira : Te pare o tahiti aea
Meilleur Costume de Chant : Te pare o tahiti aea

Prix à la discrétion du jury :
Ra’atira ti’ati’a : Stellio ARIIOEHAU de Tamarii Matairea
Coup de coeur : Reo Papara

En danse traditionnelle :

Hura Tau :

1er prix Madeleine Moua : Ori I Tahiti
2ème prix : Hei Tahiti
3ème prix : Nuna’a e Hau

Hura Ava Tau :

1er prix Gilles Hollande : Tahiti Hura
2ème prix : Tamarii Vairao
3ème prix : Fare Ihi No Huahine

Prix du plus beau costume végétal et du plus beau costume traditionnel :
Plus beau grand costume Joseph Uura : Hei Tahiti
Plus beau costume végétal : Ori I Tahiti

Meilleur orchestre patrimoine :
1er prix Salomon Heimanu : Heikura Nui

Meilleur orchestre création :
1er prix Munanui Taurere : Fare Ihi no Huahine
2ème prix : Ori I Tahiti
3ème prix : Tahiti Hura

Meilleure danseuse :
1er prix : Perle RENVOYE de Tama no Aimeho Nui
2ème prix : Heipua KERVELLA de Ori I Tahiti
3ème prix : Ravahere SHASTID-ATIU de Tahiti ia ruru-tu-noa

Meilleur danseur :
1er prix : Tamatea ONDICOLBERRY de Ori I Tahiti
2ème prix : Manea KOUAKOU de Tahiti Hura
3ème prix : Toanui MAHINUI de Hei Tahiti

Prix spéciaux :
Meilleur auteur : Mirose PAIA de Tahiti ia ruru-tu-noa
Meilleur compositeur : Ori I Tahiti
Meilleur Ra’atira Ti’ati’a : Steeve JEAN de Ori I Tahiti
Meilleur ‘Aparima : Ori I Tahiti
Meilleur ‘Ote’a : Hei Tahiti
Meilleur Pa’o’a Hivinau : Ori I Tahiti
Meilleur ‘Orero : Jean-Marie TEHAHE de Tahiti Hura
Prix à la discrétion du jury : Performance de l’orchestre et mise en scène des choristes de Nuna’a e Hau
Prix à la discrétion du jury : émotion de la voix Tahiarii de Natihau
Prix à la discrétion du jury : interprétation des l’ensemble des acteurs de Tahiti ia ruru-tu-noa

 

GALERIE PHOTO du Heiva I Tahiti 2018 ici (à venir)

 

 

Farereira’a I Tahiti 2018

Ia ora na, maeva, manava to all groups who join our island to participe to the 5th edition of the Farereira’a.
You can find here the complete guide of this event (programs, interviews, presentations, competitions rules, ceremonies, photos)
This is our work with Chicky Tahiti since few weeks, hope you will all appreciate it.

Télécharger le guide du Farereira’a 2018

Ia ora na, maeva, manava à tous les groupes qui rejoignent notre île pour participer à la 5ème édition du Farereira’a. Vous pouvez trouver ici le guide complet de cet événement (programmes, interviews, présentations, règles de concours, cérémonies, photos) C’est notre travail avec Chicky Tahiti depuis quelques semaines, j’espère que vous l’apprécierez tous.


Dimanche 15 Juillet à partir de 15h45 « Oro’a Faatau Aroha » au Marae ARAHURAHU , Paea  and « Umu ti » au Mahana Parc , Punaauia »

Lundi 16 Juillet (9h-22h)
Hura ‘ai ‘ai Solo / Ahuroa / Otea Tahito / Finals (18h) Showcase (21h) au grand théâtre TFTN

Mardi 17 juillet (18h-22h)
International Showcase au grand théâtre TFTN


Un grand merci à Coco, à la troupe Temaeva et à Anthony et sa femme Teura pour leur engagement pour notre culture et nous avoir fait confiance pour cette nouvelle édition du Farereira’a. Ce fut à nouveau un plaisir de voir l’amour des groupes étrangers pour notre culture et d’admirer leur technicité sur les bases du ori tahiti.


Farereira’a 2018 Results

OVERALL :
Tamahine 5-12 : Kauehi TAINANUARII (Hanihei)
Tamaroa 5-12 : Mamalu LILO (Maohi Nui)
Vahine 13+ : Kahealani TSONG ( — )
Tane 13+ : Hikutini PUATAI ( — )

OTEA TAHITO :
1- Hui Tarava
2- Noelani

AHUROA :
1- Noelani
2- Te Mana o te ra
3- Hui Tarava

Tamahine 5-8 :
1- Alyza DISUANCO (Hura Atua Nui)
2- Kaya ARENAL (Te Mana o te ra)

Tamaroa 5-8 :
1- Mamalu LILO (Maohi Nui)

Tamahine 9-12 :
1- Kauehi TAINANUARII (Hanihei)
2- Jenna-Nicole BUSTOS (Te Varua Ori)
3- Abigail ZABALA (Te Varua Ori)

Tamaroa 9-12 :
1- Matani LILO (Maohi Nui)

Vahine 13-17 :
1- Kahealani TSONG ( — )
2- Laneah DAYLO ( — )
3- Tauala KARITE (Hura Atua Nui)

Tane 13-17 :
1- Emana LEHARTEL (Ho Mai)

Vahine 18-25 :
1- Kanani ASUEGA (Lokelani)
2- Vaughn TYLER (Te Varua Ori)
3- Leiisa CASE (Hei Tahiti)

Tane 18-25 :
1- Hikutini PUATAI ( — )
2- Isaac ZACHARY (Te Mana o te ra)
3- McAllan DECASTRO (Te Varua Ori)

Vahine 26+ :
1- Pua BAKER (Maohi Nui)
2- Jessica COOPER (Te Varua Ori)
3- Leolani Gallardo (Te Aho Nui)

Tane 26+ :
1- Justin Froggie Atangan (Hui Tarava)
2- Josh MERADO (Te Varua Ori)
3- Warren GANNON (Te Varua Ori)

Retrouvez les photos du Heiva I Tahiti 2017 ainsi que son palmarès

Cette édition du Heiva I Tahiti 2017 s’est achevée avec la victoire du groupe Tamariki Poerani en catégorie Hura Tau avec l’histoire de Te Matakaureka, une tupuna dont Makau FOSTER est une des descendantes. Une arii vahine qui maitrisait différents arts dont celui de la parole, de la parure, du corps et de l’esprit. Quant à la catégorie Hura Ava Tau, c’est le groupe Nuna’a E Hau de la commune de Faa’a qui s’impose en nous interprétant une allégorie de Tahiti le poisson de Raiatea.
Au niveau des tarava, Reo Papara remporte le 1er prix en Tarava Tahiti tandis que Te  Pape Ora No Papofai s’impose en Tarava Raromatai et Tamarii Tuhaa Pae No Mahina s’adjuge le 1er prix en Tarava Tuha’a Pae.

Le Heiva I Tahiti n’est pas simplement un concours où se réunissent les danseurs (12 groupes de danse) et les chanteurs de tarava (16 groupes de chant) sur le Tahua Toa’ta, mais il permet aussi aux groupes de s’exprimer librement et de transmettre des messages, des histoires et des légendes. Je vous invite à les retrouver au travers de ce  petit guide pour les avertis.

Le jury est composé cette année de 9 personnalités du monde du Ori Tahiti proposées et validées par les groupes de danse et de chant eux-mêmes. Le président du jury Matani Kainuku, sera assisté de Moana’ura Tehei’ura en tant que vice-président, Kehaulani Chanquy et Vaihere Pohue pour la partie danse. Au niveau du chant, c’est Léontine Degage, Pierrot Faraire et Jean-Marc Zinguerlet qui donneront leur analyse. Quant à l’écriture, c’est Steve T. Chailloux qui a la lourde tâche de juger le texte des groupes.  Wilson Mahuta se charge lui d’apprécier le travail des orchestres.

Le rahiri (cérémonie d’ouverture), d’habitude si froid, a pris une nouvelle dimension cette année avec la chaleur. Ainsi chaque groupe de chant et de danse fut accueilli, présenté et accompagné à leur place par des danseurs.

J’aurais tant voulu vous parler de chaque spectacle ou des chants qui nous ont été présentés sur le tahua To’ata mais je n’en ferai rien car ce sont des spectacles à vivre en live et sur place avec l’ambiance qui s’en dégage !! C’est à chacun de comprendre et de prendre ce que les groupes nous offrent.

GALERIE PHOTO du Heiva I Tahiti 2017 ici

Remise des prix

PALMARES Heiva I Tahiti 2017

En chants traditionnels :

Tarava Tahiti :

Reo Papara

1er prix Moeroa a Moeroa : Reo Papara
2ème prix : Tamarii Papeari
3ème prix : Te Pare O Tahiti Aea

Tarava Raromatai :

Te Pape Ora No Papofai

1er prix Paimore Tehuitua : Te Pape Ora No Papofai
2ème prix : Tamarii Mahina
3ème prix : Tamarii Manotahi

Tarava Tuha’a Pae :

Tamarii Tuhaa Pae No Mahina

1er prix : Tamarii Tuhaa Pae No Mahina
2ème prix : Tamarii Rapa No Tahiti
3ème prix : Pupu Tamarii Papara Oire

Himene Ru’au :
1er prix Penina Itae Tetaa – Teikiotio : Tamarii Mahina
2ème prix : Te Pape Ora No Papofai
3ème prix : Te Pare O Tahiti Aea

Ute Paripari :
1er prix Roland Tautu dit Papa Ra’i : Te Pape Ora No Papofai
2ème prix : Tamarii Mahina
3ème prix : Te Noha No Rotui

Ute Are’are’a :
1er prix : Tamarii Rapa No Tahiti
2ème prix : Te Pare O Tahiti Aea
3ème prix : Pupu Himene Tamarii Vairao

Prix spéciaux :
Meilleur auteur : Te Pare Ora No Papofai
Meilleur compositeur : Te Pape Ora No Papofai
Meilleur Ra’atira : Dayna TAVAEARII de Natiara
Meilleur Costume de Chant : Natiara
Prix à la discrétion du jury : Serge TUARAU de Tamarii Manotahi pour l’ensemble de son oeuvre en tant que porteur de patrimoine et de trésors

En danse traditionnelle :

Hura Tau :

Tamariki Poerani

1er prix Madeleine Moua : Tamariki Poerani
2ème prix : Teva I Tai
3ème prix : Tahiti Ia Ruru-tu Noa

Hura Ava Tau :

Nuna'a E Hau

1er prix Gilles Hollande : Nuna’a E Hau
2ème prix : Heihere
3ème prix : Toahiva

Prix du plus beau costume végétal et du plus beau costume traditionnel :
Plus beau grand costume Joseph Uura : Tamariki Poerani
Plus beau costume végétal : Tahiti Ia Ruru-tu Noa

Meilleur orchestre patrimoine :
1er prix Salomon Heimanu : Toahiva

Meilleur orchestre création :
1er prix Munanui Taurere : Pupu Tamarii Papara Oire
2ème prix : Toahiva
3ème prix : Tahiti Ia Ruru-tu Noa

Meilleure danseuse :
1er prix : Hauhani TAPUTU de Teva i Tai
2ème prix : Calicia TAUFA de Nuna’a e Hau
3ème prix : Moetia GUINARD de Tamariki Poerani

Meilleur danseur :
1er prix : Noa TEIVA de Tamariki Poerani
2ème prix : Ra’inui TERIIRERE de Tahiti ia ruru-tu noa
3ème prix :Teiki WHAN POOK de Nuna’a e Hau

Prix spéciaux :
Meilleur auteur : John MAIRAI de Nuna’a e Hau
Meilleur compositeur : Steve ANGIA de Tamariki Teavaroa
Meilleur Ra’atira Ti’ati’a : Francky TEHIVA de Tamariki Poerani
Meilleur ‘Aparima : Nuna’a E Hau
Meilleur ‘Ote’a : Teva I Tai
Meilleur Pa’o’a Hivinau : Toahiva
Meilleur ‘Orero : Heia PARAU de Nuna’a e Hau
Prix à la discrétion du jury : Tamariki Teavaroa, pour l’accompagnement musical en rythme et en mélodie de l’orchestre
Prix à la discrétion du jury : Erai Te Toa No Avera, pour la diversité apportée
Prix à la discrétion du jury : Hi’o-atea, pour la précision et la clarté de son oeuvre en percussions

Groupes ayant participé au Heiva I Tahiti 2017

Catégorie Tarava Tahiti :

  • Reo Papara
  • Pupu Himene Tamarii Vairao
  • Te Noha No Rotui
  • Tamarii Papeari
  • Te Pare O Tahiti Aea

Catégorie Tarava Raromatai :

  • O Faa’a
  • Te Pape Ora No Papofai
  • Tamarii Mahina
  • Tamarii Manotahi
  • Natiara

Catégorie Tarava Tuha’a Pae :

  • Tamarii Pereaitu
  • Tamarii Rapa No Tahiti
  • Pupu Tamarii Papara Oire
  • Erai Te Toa No Avera
  • Papara Tou Fenua
  • Tamarii Tuhaa Pae No Mahina

Catégorie Hura Ava Tau :

  • Tamariki Teavaroa
  • Heihere
  • Hi’o-Atea
  • O Teva
  • Pupu Tamarii Papara Oire
  • Erai Te Toa No Avera
  • Toahiva
  • Nuna’a e Hau

Catégorie Hura Tau :

  • Teva I Tai
  • Tamariki Poerani
  • Ahutoru Nui
  • Tahiti Ia Ruru-tu Noa

Ce Heiva I Tahiti 2017 a donné du fil à retordre à tous les photographes. En effet, plus les années passent, plus la scène de To’ata se remplisse de décors « inutiles ». Cette année, nous aurons eu droit à des lumières directes dans nos objectifs de part les spots et les 10 écrans qui sont parsemés dans le fond. De ce fait, la qualité et la quantité de nos prises sont forcément affectées par cet état de fait. Nous faisons notre possible pour vous ramener de beaux clichés mais nous ne faisons pas de miracles. Merci pour votre indulgence.
Maintenant, personnellement, les costumes multi-couleurs se suffisent à elles-mêmes pour pas que nos regards soient perturbés par des artifices en plus. Je milite pour un simple fond noir sans artifice mais cela n’engage que moi, et vous ?

Je vous donne rendez-vous l’année prochaine. En attendant, revivez l’ensemble des soirées au travers des photos.

GALERIE PHOTO du Heiva I Tahiti 2017 ici

 

 

Heiva des écoles 2017

Pour cette nouvelle édition du Heiva des écoles, ce sont pas moins de 35 écoles (danse et percussion) qui se sont succédées entre sur la scène du Grand théâtre de Te Fare Tauhiti Nui (24 mai-4 juin) :

GALERIE PHOTO du Heiva des ecoles 2017 ici

 

Programme

MERCREDI 24 MAI

18h – Ecole de percussions Arata’i / Vahinerii
20h – Rainearii / Korihaga Manea

JEUDI 25 MAI

18h – Aratoa enfants / Aratoa adultes
20h – Ecole de danse Temanutiaitau / Vaheana

VENDREDI 26 MAI

18h – Orihau Iki (Marquises) / Heiragi
20h – Teikohai / Manahotu

SAMEDI 27 MAI

17h – Turereura (Rangiroa) / Heihere (Moorea)
19h – Hiva Iti (Bora Bora) / Hula Vahine (Raiatea) / Tetuahuraiti (Moorea)

DIMANCHE 28 MAI

17h – Ecole de percussions To’a No Tipaepo / Hanihei
19h – Tamariki Poerani enfants / A Ori Mai

MERCREDI 31 MAI

18h – Ecole de danse Heiva / Hei Ori

JEUDI 1er JUIN

18h – Tahiti Ora / Ori Hei
20h – Nivai / Centre de formation Hei Tahiti

VENDREDI 2 JUIN

18h – Ori Atea / Tamarii Poerava Faa’a
20h – Matehaunui activités / Matehaunui

SAMEDI 3 JUIN

17h – Monoihere / Ecole de danse Tauariki
19h – Tamarii Poerava Taravao / Tamariki Poerani adultes

DIMANCHE 4 JUIN

17h – Manahere / Ori Tuahiti
19h – Tupuna ‘ukulele / Nonahere

 

Te Tapa’o par l’école Manahere

Te Tapa'o par l'école Manahere

Te Tapa’o est le thème interprété par O Tahiti E  et repris par Poehere pour son gala de fin d’année qui a eu lieu le 29 avril rassemblant ainsi pas moins de 90 danseuses sur la scène de la salle Manu iti de Paea.

Pour connaitre le pourquoi de ce choix et les détails concernant ce spectracle, je vous invite à retrouver l’article sur le site de ChickyTahiti en cliquant ICI.

 

GALERIE PHOTO du spectacle Te Tapa’o ici

 

Le carnaval des animaux par l’Académie Annie FAYN

Le carnaval des animaux, un spectacle original de danse classique, moderne, contemporaine et claquettes. Lors des deux soirées les enfants de tout âge – comme les grands – seront invités dans un joyeux tourbillon de féerie et d’humour à la rencontre de personnages aussi fascinants que farfelus !

GALERIE PHOTO du Carnaval des animaux ici.

Une œuvre musicale pleine d’humour

Composé en 1886 par Camille Saint-Saëns (1835-1921), Le Carnaval des Animaux est une suite musicale de quatorze pièces.

Saint-Saëns en a l’idée au cours de ses vacances dans un petit village autrichien. Il ne s’agit pas de musique sérieuse mais d’une parenthèse humoristique dans l’œuvre du compositeur, qu’il a lui-même qualifiée de « fantaisie zoologique ». La pièce n’est jouée que deux fois à l’époque, puis le compositeur la renie et en interdit l’exécution publique de son vivant. Seul le morceau intitulé Cygne était exclu de cette censure.

L’auteur et humoriste Francis Blanche a écrit un texte d’accompagnement truffé de jeux de mots dont les extraits égayent à la fois ce dossier de presse et le spectacle !

De la musique à la danse

L’académie de danse Annie Fayn s’est inspirée de la célèbre suite musicale de Saint Saëns, Le Carnaval des Animaux, pour en faire un spectacle original de danse classique, moderne, contemporaine et claquettes.

Ce spectacle invite les spectateurs de tous âges dans un joyeux tourbillon de féerie et d’humour à la rencontre de personnages aussi fascinants que farfelus !

On danse, on découvre ou re-découvre des trésors musicaux et on savoure des anecdotes truculentes ! On sort du spectacle avec des étoiles plein les yeux et plein la tête !

De la créativité et des trésors du répertoire de la danse classique

Une dizaine de danseuses de l’académie de danse se prêtent à l’interprétation de solos et de duos. Certains sont inspirés directement des textes de Francis Blanche ou des intentions du compositeur, Camille Saint-Saëns. Ils engagent avant tout l’expressivité des danseuses tout en mettant en valeur leurs qualités. D’autres sont des extraits des grands ballets du Répertoire de la danse classique : Giselle, La Fille Mal Gardée, Le Lacdes Cygnes. Ils sont repris sans aucun changement dans la chorégraphie et nécessitent beaucoup de technicité et de grâce. Les plus grandes étoiles du ballet sont évaluées sur la maîtrise de ces chorégraphies, une motivation supplémentaire pour les élèves de l’académie !

I – Introduction et Marche royale du lion
« Au Jardin des plantes, ainsi nommé d’ailleurs à cause des animaux qu’on y a rassemblés, une étrange ardeur semble régner… »
Des trilles de piano et des montées de violons et de violoncelles.
« L’on voit entrer le Lion, très britannique, la mine altière… Vêtu de soieries aux tons chatoyants, soieries de Lyon évidemment. »
Marche très majestueuse, en do majeur pour les premiers accords, en la pour la suite, sur un rythme très strict. Quelques montées chromatiques de piano, puis d’autres aux instruments à cordes qui imitent les rugissements du lion, d’une manière qui n’est guère terrifiante, mais qui jouent un peu sur le tableau de l’inquiétude. Le mouvement finit sur une gamme chromatique ascendante puis descendante de la mineur. L’ambiance générale est celle d’un ballet.

II – Poules et Coqs
« Les uns crient cocorico, très haut, les autres gloussent et caquettent, très bêtes. »
Exemple de musique purement imitative, ce caquetage concertant, auquel vient s’ajouter la clarinette, est un morceau de bravoure. Très ironique, avec des notes dont la venue est quasiment incohérente aux cordes, imitant les caquètements ; ce passage amuse toujours les plus petits par son caractère imitatif.

III – Hémiones (ou Animaux véloces)
« Un hémione c’est un cheval, des hémiones ce sont des chevaux […]. Il a comme tout animal, ils ont comme tous les animaux leur place dans notre carnaval, comme dans tous les carnavaux ! »
Uniquement au piano, très rapide, à base de gammes exécutées tambour battant, cela rend la course véloce de ces ânes sauvages du Tibet.

IV – Tortues
Le thème, bien évidemment lent, est interprété par les violoncelles et les altos. Saint-Saëns met en place une opposition rythmique entre le piano en triolets et le thème binaire en croches. Ce passage s’inspire du célèbre galop d’Orphée aux Enfers, dont Saint-Saëns n’a retenu que le thème. Le ralentissement extrême du rythme (échevelé chez Offenbach) produit un effet des plus savoureux.

V – L’Éléphant
« Les éléphants sont des enfants qui font tout ce qu’on leur défend… »
Ce mouvement est lui aussi comique de manière très directe. Le thème, lent, est tenu par la contrebasse, soutenue par des accords de piano. On note un nombre important de modulations à partir de mi bémol majeur. Ce morceau est une citation de la Danse des sylphes de La Damnation de Faust de Berlioz ; très aérien dans sa version originale, il devient pachydermique chez Saint-Saëns.

VI – Kangourous
« Redoutable boxeur, recordman du saut en longueur et champion du saut à la perche… »
Le piano alterne joyeusement des accords avec appoggiatures ascendants puis descendants, et des passages plus lents, où sans doute l’animal est au sol…

VII – Aquarium
« De la baleine à la sardine et du poisson rouge à l’anchois dans le fond de l’eau chacun dîne d’un plus petit que soi… »
Célèbre thème, tournoyant et scintillant, évoquant à la perfection le monde des contes de fées et pays imaginaires, avec des notes de l’harmonica de verres ― souvent jouées au glockenspiel ou au célesta ― et des arpèges descendants de piano.

VIII – Personnages à longues oreilles
« L’âne s’est mis un bonnet d’homme ! »
Très évocateur, cet épisode, joué au violon, utilise les harmoniques aiguës et des tenues basses. Dans certaines interprétations, on jurerait entendre les braiements de l’âne.

IX – Le Coucou au fond des bois
« Chacun soupire à part soi : Que le son du coucou est triste, au fond des bois ! »
C’est un mouvement très satirique, où la clarinette a le privilège de répéter vingt-et-une fois le même motif, sur les mêmes deux notes, alors que le piano mène la mélodie seul par des accords lents…

X – Volière
« Personne au monde ne vous condamnera pour chantage ou pour vol. »
Mouvement très gracieux, où le thème est tenu presque exclusivement par la flûte, soutenue par des tremolos discrets des cordes et des pizzicatos. Suivant les interprétations, le tempo varie beaucoup, allant parfois jusqu’à la virtuosité.

XI – Pianistes
« Ce mammifère concertivore digitigrade…[…] Amateurs de gibiers, ne tirez pas sur le pianiste ! »
Autre passage, très humoristique, qui donne lui aussi dans la caricature. Les pianistes ne font que des gammes, ascendantes et descendantes, dans les tonalités majeures à partir de do, entrecoupées par des accords des cordes. Ce morceau peut être exécuté de différentes façons, selon la manière dont les musiciens interprètent la mention portée par Saint-Saëns sur la partition : « Dans le style hésitant d’un débutant ».

XII – Fossiles
« Dinosaures et autres trésors… »
Passage parodique évoquant, outre les animaux disparus, les vieux airs d’époque. La clarinette reprend l’air célèbre du Barbier de Séville de Rossini Una voce poco fa. Le compositeur plaisante même avec sa propre Danse Macabre, rendue gaie pour l’occasion ! Le thème est joué au début par le xylophone et le piano, avec des pizzicati des cordes. On entend aussi très clairement un fragment de Au clair de la Lune, joué par la clarinette, ainsi que les notes gaies de Ah vous dirais-je maman, deux chansons enfantines, puis, enchaîné à l’air du Barbier, un passage de En partant pour la Syrie, chanson populaire d’époque napoléonienne.
Saint-Saëns parodie particulièrement les artistes sans talent, en mettant bout à bout ces airs anciens, ajoutant même un passage fugué, du « remplissage » utilisé par les compositeurs en manque d’imagination.
Le texte de Francis Blanche rapproche ce mouvement de la Danse Macabre du même compositeur, ce qui se comprend par la similitude de tonalité (solmineur) et la vigueur, l’aspect étrangement enjoué (en apparente contradiction avec ladite tonalité).

XIII – Le Cygne
Peut-être le mouvement le plus connu de toute la pièce, en tout cas le seul qui a l’honneur d’être parfois joué seul, c’est un magnifique solo de violoncelle soutenu par le piano, très poétique et sans doute sans humour ni caricature d’un quelconque excès de lyrisme propre aux cordes.

XIV – Final
« On danse, on fraternise : le loup avec l’agneau, le renard avec le corbeau… »
Ce dernier morceau équivaut à la parade des fins de revue. Entamé par la reprise des trilles des pianos du 1er mouvement, il développe lui aussi un thème maintes fois repris plus tard sur d’autres supports. Ledit thème s’appuie sur une descente de basse par figure de marche. On y voit réapparaître plus ou moins brièvement les animaux dans l’ordre suivant : les hémiones (avec des accords scandés par les cordes), les fossiles (notamment par l’utilisation plus importante du xylophone), les poules et coqs, les kangourous, les ânes et implicitement par la tonalité, le lion.

 

1ère édition du concours de chants et danses « Te Ori Nui »

Cette première édition du concours de chants et danses « Te Ori Nui », organisé par la Fédération Te Ui Hotu Rau no Pare Nui en partenariat avec la Ville de Pirae s’est déroulé dans les jardins de la mairie de Pirae du 30 novembre au 8 décembre 2016 et s’inspire du « Mehura », une catégorie propre au Hura Tapairu qui se traduit comme un « aparima très lent, dansé en quatre temps ». Les 6 zones qui composent la ville de Pirae se sont affrontés au cours de 2 soirées de concours. Elles ont du adapter leur prestation en fonction du thème qui leur est imposé. Ainsi, les zones proches de la mer (4 et 5) ont effectué leur prestation autour des richesses de la mer (Te Mau Î O Te Moana) tandis que celles qui sont proches de la montagne (1,2,3 et 6) autour aux richesses de la terre (Te Mau Î O Te Fenua).

GALERIE PHOTO du concours « Te Ori Nui » ici

Ainsi sur les 6 zones qui composent la ville de Pirae, 5 d’entre elles ont envoyé des représentants au concours du Te Ori Nui :

  • zone 1 – Fautau’a
  • zone 2 – Hamuta
  • zone 3 – Nohoata
  • zone 4 – Pare Arii
  • zone 6 – Pira’e Uta

Le concours de danse Te Ori Nui impose aux groupes la participation à 7 prestations (catégories) distinctes :

  • Aparima Amui
  • Aparima Tane
  • Aparima Vahine
  • Hula
  • Kaina
  • Orero
  • Meilleur danseur/Meilleure danseuse

Le jury est présidé par Yvonnick RAFFIN, assisté par Marau NIUAITI et Richard Deane pour la partie écriture, de Ramona AVAEORU et Edwin TAUTU pour la partie danse traditionnelle. Dayna Tavaearii et Edwin TAUTU se chargent de noter la partie chant traditionnel.

jury-te-ori-nui-2016

Toutes les prestations ont été passées au peigne fin par le jury qui disposait d’un ensemble de critères bien précis pour la notation en fonction de la catégorie du concours. Ainsi en danse, pour les prestations aparima, je vous cite ici une partie des critères retenus : l’occupation de l’espace, la synchronisation, la concordance chorégraphique avec le thème, la concordance entre la danse et le rythme, la maitrise des instruments et du chant, la création musicale et mélodique, la synchronisation entre orchestre et la voix, la transcription du thème en mélodie et en rythme, la beauté des costumes, le respect des attaches traditionnels. Chacune des autres catégories du concours dispose du même type de grille de notation avec d’autres critères permettant au jury d’être impartial dans son jugement.

Chaque prix s’est vu attribué un nom, reprenant une personnalité marquante de la ville de Pirae, à l’instar des grands prix du Heiva I Tahiti.

prix-te-ori-nui-2016

A la vue de la qualité des prestations et l’engagement de chaque groupe, le jury et la mairie n’ont pas pu faire autrement que de passer de 14 prix prévus initialement à 33 prix attribués. Cela vient récompenser tout le travail que mérite largement ces groupes. On notera l’excellence du jury au travers de leur courte prestation individuel chacun dans leur domaine respectif lors de la remise des prix.

L’autre fait marquant viendra de l’annonce du président du jury. En effet, la ville de Pirae a annonce que l’ensemble des meilleurs éléments de tous les groupes ayant participé au Te Ori Nui seront conviés à représenter leur ville lors du prochain Hura Tapairu.

Chaque prix s’est vu attribué un nom, reprenant une personnalité marquante de la ville de Pirae, à l’instar des grands prix du Heiva I Tahiti.

Pour ceux qui ont raté cet évènement, scrutez le pour l’année prochaine.

Meilleur groupe du Te Ori Nui – Grand Prix TEMATAHI A TEMARII
1er prix : Tamarii Hamuta
2ème prix : Tamarii Nohoata
3ème prix : Tamarii Pirae Uta

Meilleur danseur et meilleure danseuse – Prix TIRA TAAROA PUNUATAAHITUA
Meilleure Danseuse : Teumere PUNUATAAHITUA du groupe Tamarii Hamuta
Meilleur Danseur : Tamatoa JUVENTIN du groupe Tamarii Pirae Uta

Prix Spéciaux en DANSES

Aparima Vahine
1er prix : Tamarii Hamuta
2ème prix : Tamarii Pirae Uta
3ème prix : Tamarii Nohoata

Aparima Tane
1er prix : Tamarii Fautaua
2ème prix : Tamarii Hamuta
3ème prix : Tamarii Pirae Uta

Aparima Amui
1er prix : Tamarii Hamuta
2ème prix :Tamarii Nohoata
3ème prix :Tamarii Pirae Uta

Hula
1er prix :Tamarii Nohoata
2ème prix :Tamarii Pare Arii
3ème prix :Tamarii Hamuta

Meilleurs Auteurs – Prix GEORGES BAMBRIDGE
« Te mau`ï o te moana » : Tamarii Pare Arii
« Te mau`ï o te fenua » : Tamarii Nohoata
Prix spécial du jury : Eritaia IOANE de Tamarii Fautaua

Meilleur Orero – Prix NOEL TAURAATUA
Rutuina TROMPETTE de Tamarii Pirae Uta

Grand Costume
Pae miti : Tamarii Pare Arii
Pae mou’a : Tamarii Hamuta

Prix Kaïna – Prix « LES SŒURS REY »
Tamarii Nohoata

Meilleur Tarava Tahiti – PRIX TERA’ITUROROA TEPUHIARII
1er prix : Tamarii Pare Arii
2ème prix : Tamarii Pirae Uta

Meilleur Ru’au – PRIX PHILIPPE TINIRAU
1er prix : Tamarii Pare Arii
2ème prix : Tamarii Nohoata

Meilleur Ute Pari Pari – PRIX TERA’ITU’U’UA PUNUARI’I TEHEI’URA DIT TATAURA TAUTU
1er prix : Tamarii Pare Arii
2ème prix : Tamarii Fautaua

Prix coup de coeur du jury
Jeune Espoir : Jean Marc TAIOPU du groupe Tamarii Fautaua
Coup De Coeur : Haureva TAURAATUA du groupe Tamarii Nohoata
Ori Tapa : groupe Tamarii Pirae Uta

 

Retrouvez les photos du Hura Tapairu 2016 ainsi que son palmarès !

Ce Hura Tapairu 2016 n’a pas déchanté avec une participation de plus de 24 groupes de danse dans les 2 catégories du concours : Tapairu et Mehura. On aurait pu s’attendre à un Hura Tapairu terne vu qu’il n’y avait que 4 groupes qui se sont présentés dans la catégorie Tapairu. Cette défaillance des troupes s’explique en grande partie par la participation record de 20 groupes de danse au Heiva I Tahiti 2016, ne laissant ainsi pas aux groupes suffisamment de temps pour se constituer le budget nécessaire. Et pourtant, le niveau des Mehura a rendu ce Hura Tapairu 2016 mémorable. En effet, tant au niveau des robes qui ont été confectionnées que des chorégraphies présentées, cela a été d’un très haut niveau. Cela s’est traduit par la présence de 8 groupes à la finale au lieu de 6.

GALERIE PHOTO du Hura Tapairu 2016 ici.

Au niveau de la catégorie Tapairu, la troupe Manohiva de Poerava TAEA, avec leur prestation bien huilée sur le thème « Te one tere, là où les rêvent s’envolent », qui retrace l’origine du sable blanc de Punaauia, en commettant le moins d’erreur possible et en engrangeant le maximum de points sur tous les critères de notation, remporte le prestigieux trophée pour la 2ème fois. La surprise venait de la troupe de Manahau de Jean-Marie BIRET avec comme thème »Ti’ama ma te ‘ite », qui est venu titiller le soir de la finale Manohiva en haussant leur niveau avec des changements dans leur programme et leur costume. Chaque chorégraphe, chef de groupe a son propre style, sa sensibilité, sa vision du spectacle final. Ainsi, on retrouve sur scène une interprétation, des costumes plus ou moins originaux. On aime, on n’aime pas, l’appréciation dépend de chacun mais on se doit de respecter le travail accompli. C’est aussi ainsi qu’on reste qui on est. Imaginez un instant que tous les spectacles soient identiques, on s’ennuierait bien rapidement.

Au niveau de la catégorie Mehura, (je ne saurai vous décrire mieux que ChickyTahiti les faits marquants des différentes groupes, retrouvez son article sur le Hura Tapairu 2016) c’est la troupe Hia’ai de Turia TEMORERE qui remporte le 1er prix.

La déception que j’ai eu provient des prestations ‘äpipiti qui ne disposent pas à ce jour de grilles de notation. Le prix est décerné à la discrétion du jury. Ne sachant sur quel pied dansé, les groupes ont présenté des duos assez originaux (théâtral avec Hei Tahiti Tane, acrobatique avec Tamarii Papetoai). Mais au final, le jury semble avoir décerner le prix en se basant sur la préservation de la tradition.

Un grand merci à ces acteurs bien souvent absents de la scène que sont les auteurs grâce auxquels une histoire peut nous être conté.

Quant à l’éternel débat de savoir si les groupes professionnels doivent participer ou pas au Hura Tapairu, je vous demande de vous poser la question suivante : comment déterminer si un groupe est professionnel ?  du fait que le groupe est composé uniquement de danseurs professionnels ? dans ce cas là, c’est quoi la définition d’un danseur professionnel ? un danseur qui a eu son diplôme au CAPF ? dans ce cas là très peu de groupes peuvent se vanter d’être professionnels. Tous les groupes qui se présentent au Hura Tapairu disposent en leur sein des danseurs qui ont l’habitude de danser aux concours et des danseurs qui dansent occasionnellement. Le point que je soulignerai c’est que chaque concours a un règlement, des grilles de notation et un jury de telle ou telle sensibilité. C’est donc à chacun de s’y imprégner pour aller chercher le 1er prix. Cela ne change en rien qu’un spectacle reste exceptionnel quelque soit son concepteur et tend à passer un message au public, à nous de le saisir au fil du spectacle.

A titre informatif, suite au nombre d’inscription insuffisant, le heiva international qui aurait du avoir lieu l’année dernière a été reporté à nouveau.

Retrouvez l’ensemble des prix qui ont été décernés :

Prix Tapairu :

1er prix : Manohiva de Poerava TAEA
2ème prix : Manahau de Jean-Marie BIRET
3ème prix : Tahiti Hura de Maheata TEAVAI

Prix Mehura :

1er prix : Hia’ai dirigé par Turia TEMORERE
2ème prix : Manohiva Mehura dirigé par Poerava TAEA
3ème prix : Hei Tahiti Vahine dirigé par Tiare TROMPETTE
4ème prix : Mana Atua dirigé par Rita AHU

Pahu Nui :

1er prix : Tahiti Hura dirigé par Maheata TEAVAI
2ème prix : Ahutuatea dirigé par Tumata VAIRAATOA
3ème prix : Tuiheitemarama dirigé par Merehau BUCHIN

‘aparima ‘äpipiti :

 Heitiare MANATE et Ranitea DELION du groupe Tahiti Hura

‘öte’a ‘äpipiti :

Taiana MAHINUI et nilda TAAVIRI du groupe Hei Tahiti Vahine

Prix Spéciaux :

Prix Spécial : TEHAHE Heimanu (Tuiheitemarama) pour l’ensemble de son oeuvre
Prix Spécial : Piihau pour encourager la jeunesse à s’inscrire dans un parcours culturel

Catégorie ‘Aparima :

1er prix : Manahau dirigé par Jean-Marie BIRET
2ème prix : Manohiva dirigé par Poerava TAEA
3ème prix : Tahiti Hura dirigé par Maheata TEAVAI

Catégorie ‘Ote’a :

1er prix : Manohiva dirigé par Poerava TAEA
2ème prix : Manahau dirigé par Jean-Marie BIRET
3ème prix : Tahiti Hura dirigé par Maheata TEAVAI