Lifeislove TAHITI

Photographe à Tahiti : Culture, Mariage

Huratapairu2018- Rencontre avec Manohiva

Rencontre avec Poerava TAEA leader du groupe Manohiva au concours du Hura Tapairu 2018

L’association Manohiva a pour projet de participer au Hura tous les 2 ans. Nous essayons de tenir cet engagement auprès de nos danseurs.
La configuration du Hura Tapairu nous plait bien avec une petite formation de 30 personnes à FAIRE évoluer sur un thème et tout cela en l’espace de 30 minutes. C’est un bon exercice à une préparation future pour le Heiva.

La troupe est composée essentiellement d’amis. Nous ne sommes pas actifs tout le temps donc les éléments s’engagent souvent avec d’autres groupes dans des manifestations culturelles.

Les journées ne sont pas assez longues (????)!
Donner le temps à la troupe de s’organiser en fonction de leurs engagements familiaux, professionnels, artistiques et autres.
Prendre le temps pour mémoriser, avoir la maîtrise technique et s’imprégner du thème et du spectacle. S’adapter au temps et à la météo. Finir son programme dans les temps ainsi que les costumes.
Voilà mon plus grand challenge.

Je serai toujours reconnaissante de voir à quel point nous sommes entourés de belles personnes et surtout de passionnées. Je retire beaucoup d’enseignements de ce Hura, comme à chaque fois.
L’anecdote que je retiens est qu’au final au sein du bureau de l’association, nous nous sommes mis à la couture et la confection de costumes. Ce qui n’était pas dans nos tâches, ni nos points forts. Ce fut une belle expérience à reconduire.

LEVES TES YEUX VERS TA MONTAGNE

Le thème porté par la troupe de Manohiva pour le Hura tapairu 2018, en catégorie « Tapairu », est une illustration de la vallée de Nahoata, sise dans la Commune de Pira’e.

Un thème « abstrait », sans début et sans fin, mais qui vient valoriser le « vivre ensemble » de nos ancêtres et les richesses de la vallée de Nahoata, au travers des différents tableaux qui seront présentés lors du passage de la troupe de Manohiva, à savoir :

  • L’étymologie de « Nohoata », aujourd’hui connue sous le nom de « Nahoata »
  • Les anguilles de la vallée, leurs importances dans le flux de l’eau et ressources de la vallée
  • La chasse aux cochons sauvages, une ancienne pratique exécutée par les hommes de la vallée
  • Les pierres « sacrées » (‘ofa’i tere »), empreinte légendaire propre à la vallée de Nahoata.
  • Les festivités de la vallée. A l’époque, les habitants se réunissaient au cœur de la vallée pour célébrer la saison du « Matari’i i ni’a ». Hormis la récolte, plusieurs activités « Heiva » étaient organisées sur plusieurs jours dont la plus connue était la course à flanc de coteaux. Les athlètes étaient alors massés quelques jours avant la compétition, afin qu’ils soient fin prêts le jour même.
  • La grotte « Parau » aux nacres irisées. Empreinte légendaire de la vallée, qui tire son origine d’une carange qui se serait mise en travers de la vallée de Papeno’o, et qui aurait frappé une grosse perle, sur son passage, fracassa une roche de Nahoata, avant de se retrouver au large en mille morceaux, créant ainsi les atolls des Tuamotu et ses perles.

La moralité du thème portée dans le tableau final de la troupe, partie Aparima.

A travers ce thème, la troupe de Manohiva est porteur d’un message, celui de sensibiliser le public sur l’importance de la vallée et de son environnement. Elle vient rappeler l’attachement du peuple à sa terre, et l’intérêt qu’il portait alors envers elle. Ce lien qu’affectionnaient nos ancêtres tend à disparaître de nos jours, en raison de l’évolution et des nouvelles habitudes adoptées dans notre quotidien. Nous avons tendance à regarder devant (vers le littoral), alors qu’il est important de tourner les yeux vers l’arrière (vers la montagne), pour nous rappeler qui nous sommes et d’où nous venons.

La vallée, telle une petite maison à l’intérieur des terres, regorge de ressources et de richesses culturelles. A travers ce thème, elle appelle à retourner vers elle, à tourner les yeux vers la montagne, et à reprendre le chemin qui nous mène vers l’intérieur des terres, vers cette maison, pour nous approprier de notre identité culturelle, qui fait défaut actuellement.

« Lèves tes yeux vers ta montagne », est un appel à l’appropriation de notre identité culturelle et à la préservation de notre patrimoine et de notre environnement.

« N’oublies pas qui tu es et d’où tu viens ».

  • 67
  •  
  •  

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2018 Lifeislove TAHITI

Website by CHIN Fabien