Lifeislove TAHITI

Photographe à Tahiti : Culture, Mariage

Recyclage Sac Plastique

La mort des sacs plastiques est programmée pour septembre 2019. Les commerçants vont devoir se priver de sacs plastiques pour le bien de dame nature. Nous utiliserons désormais les « ete » (ou sacs en pandanus) pour faire nos courses. Rembobinons. Quel est l’usage des sacs plastiques de nos jours ? Servent-ils uniquement au transport des courses ? la réponse est clairement non : ils servent à emballer nos déchets qui vont dans la poubelle grise, à emballer nos déchets verts qui vont dans la poubelle verte (imposés dans certaines villes pour rendre la collecte plus facile). Quant aux sacs de congélation, ils servent à conserver nos aliments pour éviter le gaspillage alimentaire.Des sacs sous vide font leur apparition pour conserver nos aliments et nos vêtements pour les protéger contre l’humidité. N’oublions pas les emballages des produits que nous consommons au quotidien. Quelles sont les alternatives au reste des usages que nous en faisons des sacs plastiques et emballages ? Mais revenons à l’usage des « ete », a-t-on mis en place une filière de production locale des « ete »  ou se contente-t-on comme à notre habitude de laisser faire et se retrouver avec quelques papiers en pandanus que nous trouvons ici ou là. Cela risquerait de se terminer en importations de sacs en pandanus au vu des quantités et du prix. L’importation des sacs de pandanus est-elle alors plus écologique : de l’eau aux fertilisants polluants pour les produire au transport de ces biens jusqu’au consommateur ? Lavoisier a dit un jour « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Il est temps prendre conscience pleinement de ce principe si nous voulons préserver le peu de nature qui nous reste.

J’ai bien une idée en tête : privilégier les circuits courts mais cette solution ne perçoit aucun soutien financier à ce jour. Dans un système économique capitaliste où l’argent règne, il est inconcevable de mener une politique respectant notre terre sans mettre les mains à la poche pour subventionner les productions locales.  Il faut avoir le courage de mener cette transformation durable de notre système économique en proposant un modèle viable comprenant des mesures cohérentes. Pour réussir à adhérer et éduquer les consommateurs aux nouveaux usages, comme ce qui a été fait avec le tri sélectif, il faut leur donner des alternatives adaptées. Les initiatives individuelles ont beau être encouragé mais restent insuffisantes tant que la volonté et le courage politique se fait attendre. Nous devons mettre en place un nouveau système économique tout en nous donnant les moyens pour y parvenir même s’il faut passer par la répression.

Au final, le recyclage n’a plus le vent en poupe car trop cher : les briques de lait ne sont plus recyclés, on abandonne les sacs plastiques recyclables, les verres doivent être envoyés à l’étranger (donc nécessite un transport coûteux et non écologique). La volonté de transformer durablement notre mode de consommation nécessite d’adapter l’environnement dans lequel nous vivons. Seule une volonté politique pourra nous montrer la voie.

 

  •  
  •  
  •  

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2018 Lifeislove TAHITI

Website by CHIN Fabien